Velouté de pâtisson au reblochon

Bonjour à tous !

Ça y est, les températures commencent à bien redescendre la nuit… Après trois semaines de stabilité (oscillations entre 12 et 18 degrés) on prend un coup de froid, avec 4 degrés au petit matin : brrrrr…. Alors forcément, on délaisse les petites salades du soir, pour les bonnes soupes bien chaudes, bien réconfortantes !

Ça tombe bien, les pâtissons viennent d’arriver au jardin ! Les pâtissons, ce sont ces petites courges qui ressemblent à des soucoupes volantes cabossées… Vous voyez ? Blancs, verts, ou encore oranges, ils varient en couleurs, en tailles et en formes, mais leur goût reste peu ou prou le même : délicat, tout doux, tirant vers le potimarron… un délice !

Dans cette recette, je décide de le mêler à un fromage, parce que ce jour là, on avait besoin de richesse ! (comprendre : gras…). C’était le premier jour de froid, un midi, et le village donnait l’impression de flotter dans une mer de nuages. Un vrai premier jour d’automne. J’ai vu des recettes au camembert, mais j’ai voulu faire plus “local” en piochant mon fromage en Savoie… J’avais aussi une envie de recette rapide : une soupe sans chichis, vite dans le bol, vite dans le ventre !

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 1 oignon
  • 3 gousses d’ail
  • 2 beaux pâtissons
  • 1/2 reblochon
  • … et c’est tout !

La recette est simple : coupez l’oignon en morceaux, et commencez à le faire revenir dans un peu d’huile d’olive. Écrasez les gousses d’ail avec le plat du couteau, et ajoutez-les dans la marmite. Coupez les deux pâtissons en cubes grossiers, sans enlever la peau. Jetez-les également dans la marmite, et faites revenir le tout quelques minutes, pour faire ressortir les arômes (déjà, là, vous salivez).

Ajoutez ensuite de l’eau, à peine au niveau des légumes, et laissez cuire jusqu’à ce qu’un couteau perce facilement vos morceaux de pâtisson.

Ajoutez ensuite votre demi reblochon, sans enlever la croûte (malheureux !), laissez fondre quelques instants, puis mixez l’ensemble jusqu’à obtenir la texture souhaitée (en ajoutant de l’eau si besoin). Assaisonnez au goût, sans oublier que le reblochon est salé 😉

Servez, et dégustez sans attendre !

C’est le reblochon qui titille vos papilles en premier, mais attention, il ne faut pas croire que le pâtisson va se laisser faire, et c’est lui qui reste en bouche, pour notre plus grand plaisir… Le tout bien relevé grâce à l’ail, qui encore une fois accompagne mais ne recouvre pas. Pour ceux qui apprécient moyennement l’ail, vous pouvez ne mettre qu’une gousse (vous l’aurez compris, moi, je l’apprécie beaucoup :)), ou pas du tout (ooohhh…). Je pense que vous pouvez aussi remplacer le pâtisson par le potimarron, mais bon ce serait quand même dommage de passer à côté de la star de ce plat ! Alors si vous n’avez jamais osé acheter cette courge si étonnante, lancez-vous, et n’oubliez pas le rebloch’ !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *