Le petit pois

Frais, un vrai délice !De moins en moins visible au magasin, et même sur les marchés, le petit pois frais est pourtant un incontournable de la cuisine de printemps ! Bon, à Villard-Reymond, il arrive plutôt en juillet, mais il n’en est pas moins bon ! Oubliez l’image, la texture, et le goût des petits pois en conserve et retrouvez le petit pois tout frais…

petit-pois-cosseLe petit pois est une fabacée, comme les fèves, les haricots ou les lentilles. On le consomme donc après avoir écossé les gousses récoltées sur les plants. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, ce n’est pas fastidieux, et cela permet même de prélever quelques pois frais crus, à déguster de suite, véritable friandise permettant de rendre cette étape plaisante 😉

Certains petits pois sont récoltés en “mange-tout” c’est à dire très jeune, avant que les pois ne se forment. Comme son  nom l’indique, on le mange en entier, gousse comprise. Celle-ci est alors fine, croquante,et bien sûr sans fils.

D’autres petits pois sont récoltés une fois séchés sur le plant (comme les haricot secs). On peut alors les déguster sous forme de pois cassés ! Par contre, le pois chiche n’est pas juste un petit pois sec 😉 c’est un genre botanique à part entière…

Il existe un grand nombre de variétés de petits pois, plus ou moins adaptées aux différents climats, mais aussi aux différents stades de cueillette.petit-pois-écossé

À la Ferme du champ perché, on a testé deux variétés cette année. C’est peu, mais je voulais concentrer nos efforts sur les petits pois frais “classiques”. Les pois mange-tout et les pois cassés attendront l’année prochaine !

Les deux variétés testées sont :

  • les petits pois “Merveille de Kelvedon” sont des pois à grains ridés, en général exigeants et bien sucrés
  • les petits pois “Douce Provence” sont des pois à grains lisse, moins exigeants, rustiques mais moins sucrés

Contrairement à ce que j’imaginais, ce sont les Merveilles de Kelvedon qui ont bien fonctionné ! Les Douce Provence ont commencé par bien pousser, puis ont dépéri… sans que je puisse donner une explication. L’année prochaine, en plus d’une bonne dose de Merveilles de Keveldon, je testerai une nouvelle variété, et je donnerai une nouvelle chance aux Douce Provence au cas où le climat de cette année en particulier serait le coupable de ce fiasco 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *